WASSILAH IMLAK

Wassilah IMLAK, jeune et talentueuse gardienne de but de 19 ans évoluant au sein de l’EN AVANT GUINGAMP, club de football professionnel féminin de D1 Arkema (France), et au sein de la sélection marocaine A de football féminin.

J’ai commencé en étant joueuse de champ, mais un jour notre gardien s’est blessé et j’étais la seule personne à ne pas avoir d’appréhension à l’idée de me jeter au sol, alors j’ai pris place dans les buts. J’y ai pris goût et ne les ai plus jamais quitté à ce jour.

Peux-tu te présenter à nos lectrices et à nos lecteurs?

Je m’appelle Wassilah IMLAK, j’ai 19 ans, je suis française par ma mère et marocaine par mon père, et j’évolue en tant que gardienne de but de football à l’EAG.

Comment est née ta passion pour le football et le poste de gardienne de but?

Elle est venue très tôt, j’ai grandi dans une famille assez sportive avec un grand-père marathonien et une mère danseuse. Donc ma passion pour le sport est vite apparue, et pour le football c’est grâce à mon cousin qui lui était mordu de ballon et il m’a transmis cette passion.

Depuis petite je jouais au football avec les plus grands en bas de chez moi, et ensuite c’est vers 9/10 ans que j’ai commencé en club (je suis passé de la danse classique au football assez rapidement).

Je n’ai pas tout de suite évolué dans les cages. J’ai commencé en étant joueuse de champ, mais un jour notre gardien s’est blessé et j’étais la seule personne à ne pas avoir d’appréhension à l’idée de me jeter au sol, alors j’ai pris place dans les buts. J’y ai pris goût et ne les ai plus jamais quitté à ce jour.

Quel est ton regard sur le football féminin?

Je trouve qu’il se développe de plus en plus même si on peut toujours faire mieux en la matière.

Je pense aussi qu’il faut sérieusement accélérer dans la professionnalisation de l’ensemble des clubs de Division 1 et de Division 2, et faire en sorte que les joueuses de Division 2 ne fassent pas saison blanche.

Et avec toute l’ampleur que prend le football féminin de nos jours, je trouve inadmissible que des joueuses de haut niveau ne vivent toujours pas de leur métier en 2021.

Tu as signé un contrat à l’EN AVANT GUINGAMP et tu as été récemment sélectionnée pour la première fois par le sélectionneur de l’équipe féminine A du Maroc pour un stage en vue de la préparation de la CAN 2022. C’est le début d’une belle et longue carrière?

J’ai commencé à l’ESTAC (Troyes) avant d’évoluer quelques saisons au Paris FC puis un an en D2 Féminine à la Roche-sur-Yon. Mon arrivée à Guingamp s’est décantée pendant le tout premier confinement, donc ça a été un peu un bol d’air frais pour ma famille et moi-même.

Ensuite, j’ai fait mon arrivée au Club début juillet 2020 et depuis tout se passe plutôt bien, je travaille dur pour atteindre mes objectifs ce qui m’a permis d’effectuer ma première sélection en équipe A du Maroc au mois de février dernier.

Après ce n’est que le début, il faut garder la tête froide, continuer de travailler sans relâche et chercher tout ce qu’il sera possible d’obtenir. Et allez le plus haut possible et jouer les plus belles compétitions nationales et internationales ! C’est comme ça que cela fonctionne selon moi… Aucune réussite sans travail !

Comment gères-tu la compétition, la pression, la concurrence ?

La compétition, j’aime ça car c’est ce qui fait monter l’adrénaline, c’est la mentale, tout est dans la tête ! Après ça peut justement générer de la pression car je veux toujours donner le meilleur de moi-même et produire les prestations les plus abouties possibles. Pour moi c’est important de toujours faire le maximum. La concurrence c’est bien, il en faut car c’est ce qui nous pousse vers le haut et à nous démarquer pour prendre son envol, et c’est par la force de caractère et le travail qu’on l’a surmonte.

Quel est ton plus beau souvenir dans la pratique du football ?

Il y en a tellement, mais si je devais en choisir un ce serait l’année dernière lors de ma première compétition en tant que joueuse internationale, lorsque nous avons remporter la finale du tournoi de l’UNAF (Union Nord-Africaine de Football) avec la sélection Marocaine U20.

Travailler, tout donner sans rien lâcher, croire en soi et en ses objectifs, garder les pieds sur terre et avoir un mental d’acier !

Dans quel club et/ou quel championnat souhaiterais-tu évoluer après la France?

Pour l’instant je suis encore jeune, et je pense que le mieux est de rester où je suis mais à l’avenir je me poserais sûrement la question.

Mais comme toute joueuse voulant allez le plus haut possible, mon souhait est de rejoindre l’un des effectifs des plus grands clubs au niveau européen.

Quels conseils pourrais-tu prodiguer à une jeune gardienne qui débute dans le football ?

Le plus important est de prendre du plaisir, de s’amuser et par la suite de travailler dur.

Travailler, tout donner sans rien lâcher, croire en soi et en ses objectifs, garder les pieds sur terre et avoir un mental d’acier !