LE DEVELOPPEMENT PERSONNEL OUI, MAIS POUR TOUS !

La définition classique du développement personnel peut se traduire comme un processus de travail sur soi-même dans l’optique d’améliorer la connaissance de soi même, de valoriser ses talents, d’améliorer sa qualité de vie et tant qu’a faire ; réaliser ses rêves.

Vous l’aurez compris, c’est un domaine vaste qui rassemble de nombreuses activités dont le but est de vous faire devenir la version la plus brillante de vous-même. Retenez tout de même que les bases psychologiques du développement personnel sont de minimiser au maximum toutes vos pensées négatives voire les abandonner et de le transformer en pensées positives.

Avant de devenir une gigantesque industrie et le succès que l’on lui connaît aujourd’hui, Benjamin Franklin avait flairer le filon avec l’écriture d’un de ses livres recettes « Le Chemin de la Fortune » ou l’écrivain Dale Carnegie qui lui vendra des millions d’exemplaires sur ses méthodes dans le cadre de la formation ou du management.

Emile Coué un psychothérapeute belge, ne laisse pas l’exclusivité du développement personnel aux américains. Il écrit en 1926 un ouvrage intitulé « Maîtrise de soi-même par l’autosuggestion consciente », dans ce livre il incite le lecteur à réciter 20 fois de suite et 3 fois par jour :

« Tout les jours, à tout point de vue, je vais de mieux en mieux » .

A ce jour on ne compte plus les livres et méthodes de coachings en développement personnel et leurs résultats positifs vérifiables.

… accepter que nous avons besoin de changer est le premier pas à franchir pour parvenir à nous développer positivement.

Le développement personnel pour tous !

Le développement personnel est un domaine auquel les populations les plus démunies ne sont pas suffisamment sensibilisées. Imaginons ensemble l’impact positif que peuvent avoir ces techniques utilisées par des cadres de grands groupes ou des sportifs de haut niveau, sur des personnes en situations précaires.

De multiples notions qui permettraient d’améliorer le quotidien de millions de personnes telles que l’acceptation de soi par exemple qui permettrai de combattre la maladie ou une addiction, car généralement accepter que nous avons besoin de changer est le premier pas à franchir pour parvenir à nous développer positivement. Des femmes et des hommes, pourraient plus facilement comprendre que toutes les expériences que nous avons eues dans notre vie sont des leçons à tirer. Mais se fixer des objectifs intelligents, spécifiques, mesurables, atteignables et réalisable dans un laps de temps n’est certainement pas à la portée de tous. Alors imaginons encore une fois, un ensemble hétéroclites de pratiques afin de nourrir son esprit, des formations gratuites à travers le monde, destinées aux sans abris, aux défavorisés qui seront capable par exemple de planifier des objectifs à court terme et sortir de l’engrenage d’un surendettement.

Faut il appartenir à une classe sociale spécifique pour s’entourer de personne qui partage votre état d’esprit ou étendre son cercle ? Faut il avoir fait de grande étude pour avoir un mentor ou se connaitre soi même ? Et faut il un âge pour être reconnaissant et apprendre continuellement ?

Si vous avez du pain, et si moi j’ai un euro, si je vous achète le pain, j’aurai le pain et vous aurez l’euro et vous voyez dans cet échange un équilibre, c’est-à-dire : A a un euro, B a un pain. Et dans l’autre cas B a le pain et A a l’euro. Donc, c’est un équilibre parfait. Mais, si vous avez un sonnet de Verlaine, ou le théorème de Pythagore, et que moi je n’ai rien, et si vous me les enseignez, à la fin de cet échange-là, j’aurai le sonnet et le théorème, mais vous les aurez gardés. Dans le premier cas, il y a un équilibre, c’est la marchandise, dans le second il y a un accroissement, c’est la culture.

Michel Serres

Alors si le développement personnel peut donner accès à des connaissances et faciliter le parcours de vie délabré des populations les plus démunis, alors OUI.